Genève

«Seulement un excès de familiarité»

Il y a deux ans, un employé de l’université a été disculpé de l’accusation d’agression sexuelle portée par une femme qui, aujourd’hui, maintient sa version.
L’université a mandaté en 2015 une enquête administrative à l’encontre d’un de ses employés travaillant dans une structure à cheval entre l’Université et l’Hôpital cantonal. CEDRIC VINCENSINI
Harcèlement à l'Unige

L’agression sexuelle alléguée n’était qu’un excès de familiarité. Voilà ce qu’a conclu à l’automne 2015 le rectorat de l’université de Genève, à l’issue d’une enquête administrative à l’encontre d’un de ses employés travaillant dans une structure à cheval entre l’université et l’Hôpital cantonal. La plaignante, une trentenaire que nous nommerons Magali, raconte de son côté avoir subi un comportement inadmissible il y a trois ans et demi de la part

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion