Suisse

La police veut éviter le délit de faciès

La pratique policière ne doit pas s’effectuer à la «tête du client». Zurich prend des mesures en ce sens.
La police municipale de Zurich met tout en œuvre pour éviter de réagir «à la tête du client» (photo prétexte). PIXABAY/CC
Discrimination

Le Département de la sécurité de la ville de Zurich veut bannir le délit de faciès au sein de la police municipale. Une étude montre certes qu’aucune pratique systématique de «profilage» ethnique ou racial n’existe à Zurich, mais l’exécutif prend les devants en adoptant plusieurs mesures proposées par le Centre suisse de compétence pour les droits humains (CSDH). Il rejette en revanche l’idée de donner un reçu aux personnes contrôlées.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion