Actualité

«L’offshore à bannir»

Les Paradise Papers ont révélé que le business des structures visant à échapper au fisc est florissant.
L’économie de l’archipel des Bermudes repose en grande partie sur l’optimisation fiscale. WIKICOMMONS
Paradise Papers

Les révélations des Paradise Papers ont mis en lumière les artifices permettant à des multinationales et à des super-riches de se soustraire à l’impôt. Ces techniques relevant de l’optimisation fiscale sont-elles légales? Y a-t-il abus de droit, voire fraude caractérisée? Professeure à l’Université de Strasbourg, directrice du Groupe de recherches actions sur la criminalité organisée (GRASCO) et du Collège européen d’investigations financières, Chantal Cutajar met ces structures au pilori. Interview.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion