Solidarité

De l’écologie politique de l’occupation

Israël a transféré ses usines les plus polluantes en Cisjordanie et y exporte certains de ses déchets. En réponse, des Palestiniens développent des projets écologiques.
Fayez Taneeb inspecte l'une de ses parcelles qui a été sévèrement touchée par les eaux contaminées venant de l’usine Geshuri. Le mur de séparation (dans le fond) ELOÏSE BOLLACK
Palestine

Les régions de Qalqiliya, de Tulkarem et de Jénine sont considérées comme les greniers de la Cisjordanie, mais elles sont aujourd’hui étouffées par les nombreuses implantations israéliennes et le mur de séparation. «En 1987, les Israéliens ont construit une usine chimique entre mon exploitation agricole et la ville de Tulkarem, à l’est de ma parcelle. Puis en 2003, près de la moitié de ma propriété a été confisquée pour la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion