Cinéma

«La prison affecte toute la société palestinienne»

Raed Andoni exorcise avec d’anciens détenus le trauma de leur passage dans les centres d’interrogatoire israéliens. Poignant et puissant.
Le cinéaste palestinien Raed Andoni face à Ahmed. Les deux sont des anciens prisonniers. AKKA FILMS
Ghost hunting

Dans son documentaire Fix Me (2010), Raed Andoni filmait sa thérapie au centre de santé mentale de Ramallah. Déjà, il y parlait de son passage dans une prison israélienne. Son nouveau film, Ghost Hunting, est entièrement consacré à cette expérience, commune à un très grand nombre de Palestiniens. Le cinéaste a réuni d’anciens détenus et leur a demandé de reconstituer le centre d’interrogatoire Moskobiya de Jérusalem. Ils construisent les décors

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion