Économie

La Banque alternative en bonne santé

La Banque alternative se porte bien, malgré un contexte économique difficile. Interview de son président Martin Rohner qui alerte sur les risques de concentration des richesses et de nouvelles bulles spéculatives.
La Banque alternative suisse (BAS) a été le premier établissement en Suisse à introduire des taux d’intérêts négatifs. DR
Économie

Suite à la crise financière de 2008, les banques centrales tentent de relancer leurs économies en injectant des liquidités et en maintenant des taux d’intérêts bas, voire négatifs. Malgré la conjoncture difficile, une récente enquête de l’Association suisse des Banquiers indique que 95 % des Suisses interrogés jugent leur établissement «digne de confiance». Un taux supérieur à celui qui prévalait avant 2008. De son côté, la Banque alternative suisse (BAS),

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion