Agora

En Ethiopie, le «modèle français» de gestion des déchets en question

Les multinationales avant les populations locales? Après l’éboulement d’une décharge à Addis Abeba qui a fait de nombreuses victimes, les ONG pointent du doigt le modèle de gestion des déchets promu par l’Agence française de développement. Eclairage.
Aide au développement

Un éboulement dans l’immense décharge de Koshe, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, a fait au moins 113 morts selon le dernier décompte. La catastrophe, survenue le 11 mars 2017, a principalement frappé des femmes et des enfants vivant sur ce site de 30 hectares, et gagnant leur vie à fouiller les déchets à la recherche de matières recyclables ou réutilisables: les waste pickers ou chiffonniers. Un drame qui interroge aussi sur le rôle de l’Agence française de développement (AFD), impliquée dans la réhabilitation de la décharge. L’Agence française de développement était présente sur place depuis 2007, et y a accordé de généraux financements à des firmes tricolores, dont Vinci. Pour les ONG, c’est illustration de l’impasse du modèle de gestion des déchets promu par la coopération française à l’international, qui bénéficie davantage aux grandes entreprises qu’aux populations locales.

Le réseau Zero Waste France souligne en effet dans un communiqué de presse1http://bit.ly/2nam8uz que l’AFD «a financé successivement plusieurs études, principalement réalisées par des cabinets français, avant d’attribuer une subvention de 5,4 millions d’euros pour la fermeture et réhabilitation du site sur lequel l’éboulement a eu lieu, et un prêt de 20 millions d’euros pour une ‘nouvelle infrastructure de stockage’», autrement dit une nouvelle décharge. La création de cette nouvelle décharge a été attribuée à une autre firme française: Vinci. Un contrat qui représente 13,5 millions d’euros, en partie apportés par l’AFD.

Autrement dit, l’aide au développement française a profité avant tout… à des entreprises tricolores. Quant aux populations locales, en particulier les waste pickers qui ont été les premières victimes du désastre, elles apparaissent comme les laissés pour compte du modèle retenu à Addis-Abeba. En réponse à nos questions, l’AFD précise que «de 2011 à 2013, l’Agence a soutenu la réhabilitation de 19 hectares sur les 30 que compte le site de Koshe, permettant un nettoyage total préalable à sa fermeture». Elle ajoute que Vinci «a été sélectionné par les autorités éthiopiennes à l’issue d’un appel d’offres international, qui comportait des critères de sélection environnementaux et sociaux particulièrement exigeants».

Selon les résidents, l’éboulement a été provoqué par des travaux de terrassement sur le site, réalisés en vue de la construction d’une unité de génération de «biogaz». Un projet d’incinérateur serait également prévu sur place, apparemment par des entreprises chinoises. Selon les autorités, les familles de waste pickers auraient été averties de ces travaux, mais auraient refusé de quitter les lieux, n’ayant pas d’autre endroit pour vivre ni d’autre moyen de subsistance2L’AFD précise avoir mis en place début 2017 «un plan d’action social à destination des chiffonniers (…) pour leur permettre de trouver et de se former à d’autres activités génératrices de revenus»..

Les vives tensions sociales et ethniques que connaît actuellement l’Ethiopie ont également joué un rôle. Les autorités veulent en effet construire une nouvelle décharge (celle dont Vinci a remporté le marché) au nord de la capitale, sur des terres de l’ethnie Oromo, majoritaire dans le pays mais en conflit avec le gouvernement dominé par l’ethnie Tigré. Les Oromo ont refusé l’ouverture du nouveau site, de sorte que le projet est en suspens.

Flore Berlingen, directrice de Zero Waste France, estime qu’une approche différente est possible, consistant à travailler avec les waste pickers pour concevoir des solutions locales adaptées sur le plan social et environnemental, plutôt que de privilégier des options industrielles dont les premiers bénéficiaires sont les grandes entreprises privées. Ce que prouveraient de nombreuses expériences récentes en Inde et en Amérique latine. D’ailleurs, l’entreprise aujourd’hui en charge des déchets de San Francisco, la première ville «zéro déchets» au monde, est elle-même issue d’une coopérative de chiffonniers créée en 1921, et garde jusqu’à ce jour ce statut coopératif.

Notes   [ + ]

1. http://bit.ly/2nam8uz
2. L’AFD précise avoir mis en place début 2017 «un plan d’action social à destination des chiffonniers (…) pour leur permettre de trouver et de se former à d’autres activités génératrices de revenus».

* Observatoire des multinationales/CC-BY. Article paru sous le titre original «Eboulement meurtrier en Ethiopie: le ‘modèle français’ de gestion des déchets en question», 15 mars 2017, sur le site http://multinationales.org/
L’Observatoire des multinationales est publié par l’association Alter-médias (Montreuil, France), qui publie également le site d’informations Basta!

Opinions Agora Olivier Petitjean Aide au développement

Connexion