Cinéma

Maudits amants de la lune

Lyrique et bouleversant, «Moonlight», le mélo black et gay de Barry Jenkins, n’a pas volé ses trois oscars.
Jharrel Jerome et Ashton Sanders. DCM
Cinéma

Le voilà, l’outsider qui a «ravi» l’Oscar du meilleur film au favori La La Land, devenant ainsi le premier long métrage d’un réalisateur afro-américain à décrocher la distinction suprême. Et ce n’est pas une œuvre sur l’esclavage – comme 12 Years a Slave du Britannique Steve McQueen, sacré en 2014 – ou une autre fiction historique hollywoodienne – à l’image des Figures de l’ombre, réhabilitant trois mathématiciennes noires de la Nasa. Non, Moonlight est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion