Musique

Le rap, pas un truc d’analphabètes

Dans son livre "Sans fautes de frappe – Rap et littérature", Bettina Ghio propose une exploration des vertus esthétiques des textes du rap hexagonal.
Rap et littérature

Voici un livre qui prend à rebrousse-poil «l’image du jeune banlieusard illettré aux propos vulgaires», souvent associée au rap. Dans Sans fautes de frappe – Rap et littérature, Bettina Ghio propose ainsi une exploration des vertus esthétiques des textes du rap hexagonal en fouillant un corpus qui s’étale sur une trentaine d’années. A la différence de la plupart des ouvrages consacrés au genre, le propos n’est pas ici de s’atteler à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion