Suisse

RIE III: la paix fiscale?

La réforme de l’imposition des entreprises répond à la demande internationale de suppression des régimes fiscaux spéciaux. Mais la coûteuse RIE III pourrait aussi déplaire à l’étranger.
Le départ de Merck Serono de Genève vers l’«enfer fiscal» allemand a récemment montré que la fiscalité n'est pas le seul motif d'implantation. Jean-Patrick Di Silvestro
Analyse

Se mettre en conformité avec les règles internationales tout en restant attractif pour les entreprises transnationales. L’objectif avancé par les partisans de la troisième Réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) est présenté comme une évidence. «Il n’y a pas de plan B», entend-on durant cette campagne. Les compensations à la fin des régimes spéciaux (lire ci-dessous) prévues l’été dernier par les Chambres fédérales sont-elles vraiment la panacée pour répondre aux exigences

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion