Cinéma

Un homme à la mère

Un homme à la mère
Avec "Fais de beaux rêves" FILMCOOPI
Cinéma

L’exploitation cinématographique est un univers impitoyable. Alors que Ken Loach ou Clint Eastwood ont droit à des sorties en multiplexes, leurs contemporains italiens – Bellocchio, Bertolucci ou Olmi – terminent leur carrière à l’ombre des salles estampillées «art et essai». Si l’étonnant Sangue del mio sangue pouvait sembler «insortable», le nouveau long métrage de Marco Bellocchio – présenté en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes – a pourtant de quoi séduire le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion