Genève

Deux ans après l’incendie des Tattes

Bien que fustigée pour sa lenteur par les associations de défense des requérants, l’enquête avance normalement, estime l’avocat Pierre Bayenet.
Le collectif Perce-Frontières a manifesté devant l’Hospice général mercredi soir. JPDS
Genève

16 novembre 2014, un incendie se déclare au Foyer des Tattes à Vernier. Plus de quarante personnes sont blessées dont plusieurs grièvement. Fikre Seghid, 29 ans, décède d’intoxication. Deux ans plus tard, l’enquête n’a toujours pas abouti. Le collectif Perce-frontière, qui réunit de nombreuses associations d’aide aux réfugiés, fustige la justice pour sa lenteur. L’avocat Pierre Bayenet, qui défend plusieurs requérants inculpés pour incendie volontaire, estime pour sa part que

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion