Solidarité

L’insoutenable légèreté d’une entrée en guerre

Impréparation, arrière-pensées… la guerre «humanitaire» en Libye au crible du parlement britannique.
Des révolutionnaires libyens à l’issue de la bataille de Benghazi WIKIPEDIA/PUBLIC DOMAIN
Libye

Après l’intervention en Irak, vivement reprochée à Tony Blair en juillet dernier, c’est l’attaque contre la Libye en 2011 qui est dénoncée dans un rapport parlementaire britannique publié mercredi. Pour la Commission des affaires étrangères, une surestimation des violences en cours et des intérêts cachés ont conduit à une guerre évitable et dont les conséquences se font encore durement sentir. Un réquisitoire qui vise l’ancien premier ministre conservateur britannique David

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion