Genève

Affaire Musa: «Genève doit rester une ville-refuge»

Le renvoi en Croatie de trois frères et soeurs de la famille Musa continue d'indigner. Leurs soutiens, dont le conseil administratif de la Ville de Genève, dénoncent l'«exécution aveugle» des décisions fédérales par le Conseil d’Etat.
Un groupe de soutien a réitéré mercredi devant la presse son indignation face à l'attitude du Conseil d'Etat. Jean-Patrick Di Silvestro
Asile

Solidarité Tattes ainsi que différentes personnalités politiques membres du Conseil administratif de la Ville de Genève -dont Rémy Pagani (Solidarités), Sandrine Salerno (PS) et Esther Alder (Verts)- ont vivement dénoncé, lors d’une conférence de presse, le renvoi des trois aînés de la fratrie Musa, expulsés mercredi dernier en Croatie par vol spécial. Étaient également présentes Carole-Anne Kast, conseillère administrative d’Onex et présidente du Parti socialiste genevois, ainsi que Frédérique Perler,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion