Actualité

Violences meurtrières à Libreville

Des heurts ont éclaté à Libreville, où des manifestants ont mis le feu à une partie de l'Assemblée nationale après l'annonce de la réélection d'Ali Bongo.
Gabon

L'opposant gabonais Jean Ping, qui revendique sa victoire à la présidentielle de samedi, a accusé jeudi les forces de sécurité et la garde républicaine d'avoir pris d'assaut son QG de campagne durant la nuit. L'attaque a fait deux morts et plusieurs blessés selon lui. Le bâtiment «a été bombardé par hélicoptère et cerné au sol par des troupes de la garde présidentielle, de la police et des mercenaires. Nous enregistrons

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion