Genève

Les stagiaires de l’ONU toujours mécontents

Alors que le mouvement de défense des stagiaires dénonce le travail gratuit, l’ONU défend son système «formateur».
Le Sud malade de la division internationale du travail
JPDS Le siège de l'ONU à Genève.
Genève internationale

Il y a un an, David Hyde, jeune néo-zélandais, élisait domicile au bord du lac, avec une tente, déclarant ne pas avoir trouvé de logement abordable. Alors qu'il a tenu la presse en haleine quelques jours durant, il a ensuite démissionné de son poste de stagiaire. Ce qui était en fait une opération de communication a mis en lumière une face cachée des stages à l’ONU. À l’occasion de cet

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion