Solidarité

Au Brésil, la gauche ne baisse pas les bras

Les mouvements sociaux brésiliens continuent de se mobiliser contre la tentative de destitution de la présidente Dilma Rousseff. Reportage à São Paulo.
Michel Temer (à gauche) est le président intérimaire du Brésil depuis la décision du Sénat Creative Commons
Coup d'État

Le tag est récurent sur les murs de São Paulo: «Fora Temer», (Temer dehors). Parfois, il s’accompagne d’un «Fica querida», (reste chérie) adressé à Dilma Rousseff. Michel Temer, issu d’un parti de centre-droit (PMDB), est le président intérimaire du Brésil depuis la décision du Sénat, le 12 mai dernier, de suspendre la présidente. Arrivé au pouvoir à la faveur d’une procédure d’impeachment largement dénoncée comme un coup d’État institutionnel, l’homme

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion