Vaud

Le Sleep-In refuse d’être enfermé

L’association d’accueil d’urgence est remontée contre les barrières érigées par les autorités, qui de surcroît nuisent à la sécurité. Un argument que réfute la municipalité de Lausanne.
Selon le Sleep-In SDT
Vaud

«Travail social en cage» peut-on lire sur une banderole accrochée aux murs du Sleep-In. L’association du même nom, qui gère la structure d’hébergement d’urgence de Renens, est fâchée. Mardi 28 juin, au lendemain du départ de la plupart des sans-abris occupant le jardin, la ville de Lausanne, propriétaire des lieux, a érigé des barrières de deux mètres tout autour du terrain. Un portail garantit l’accès à la maison. «Notre structure

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion