Scène

«Richard III» version foraine et mélancolique

Entre circassien et parc d’attraction, «Richard III, Loyaulté me lie», au Théâtre du Crochetan, s’emploie à humaniser un régicide.
Lady Anne (Elodie Bordas) et le clown qui deviendra Richard III (Jean Lambert-wild). TRISTAN JEANNE-VALES
Monthey

Sur un plateau machinerie se déployant entre comédie ballet moliéresque et décor à tableaux photographiques de Méliès, Jean Lambert-wild est un clown en pyjama rayé d’abord vu de la loge – sorte de Klaus Nomi qui se prendrait pour Richard III. Mêlant volonté désespérée de puissance et nihilisme, il est bien ce Don Quichotte érotisé et mortifère qui va jusqu’à son anéantissement, envoûtant et égarant les crédules et sots. Le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion