Musique

Viv Albertine, affranchie

Elle a bousculé les stéréotypes avec les Slits, de 1976 à 1982. Avant de se ­cantonner au foyer et se rebeller à nouveau. Rencontre avec une lutteuse résiliente.
Coucher sur papier sa «vie chaotique» lui a permis d’y trouver un sens. Viv Albertine le 16 avril 2016 à Zurich. LAURA DROMPT
Portraits de der

Dans le lobby de l’hôtel où on la rencontre, la pimpante sexagénaire est aux antipodes de la jeune femme qui se déchaînait sur la scène punk londonienne il y a quarante ans, tampons dans les cheveux, tutus fluo et codes SM ­détournés. Pourtant, dans son autobiographie1«Clothes, Clothes, Clothes. Music, Music, Music. Boys, Boys, Boys», Ed. Faber & Faber, 2014, 432 pp. Traduction française prévue en 2017 chez Buchet Chastel., Viv

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion