Genève

Un député demande la création d’une prison pour femmes

Un membre de la commission des visiteurs du Grand Conseil s’inquiète d’une discrimination entre hommes et femmes condamnés. Depuis la fermeture de l'établissement de Riant-Parc en 2014, il n'y a plus de secteur pénitentiaire pour les femmes dévolu à l'exécution de peine.
Prison de La Brenaz à Puplinge. Eric Roset
Genève

Il n’y a plus de prison pour femmes à Genève depuis la fin du mois de mars. Après la fermeture de celle de Riant-Parc en 2014, les détenues disposaient provisoirement d’un pavillon de Curabilis dévolu à l’exécution de peine. Mais ce dernier vient d’être affecté aux détenus psychiatriques. Désormais incarcérées à Champ-Dollon, dans une unité séparée, les femmes font donc aussi les frais de la surpopulation carcérale genevoise, s’inquiète une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion