Cinéma

«Rendre visible l’invisible»

Excellent documentaire de création présenté au festival Visions du Réel à Nyon, «Demi-vie à Fukushima» scrute une catastrophe qu’on ne veut pas voir.
Dans les rues vides de Fukushima où les feux de circulation ­fonctionnent toujours DOK MOBILE
Cinéma

En 2011, lorsque les autorités japonaises entreprirent d’évacuer la po­pulation après la catastrophe de Fukushima, un homme refusa d’ob­tempérer. Naoto Matsumura, un quinqua­génaire devenu depuis un symbole de la résistance au nucléaire, décida de rester dans sa maison, au cœur de la zone la plus irradiée, pour prendre soin des animaux abandonnés. Quatre ans plus tard, Mark Olexa et Francesca Scalisi, documentaris­tes et producteurs établis à Fribourg, sont partis à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion