Genève

Une patrouille nie le monopole étatique de la sécurité

Un professeur de sports de combat se mue en chef de patrouille chaque fin de semaine pour «lutter contre les incivilités». L’Etat désapprouve.
Pour Marco Garcia Gonneau Cédric Vincensini
Genève

Consommation excessive d’alcool, drogue, deal, violence, bruit, déchets… Marco Garcia Gonneau dit s’attaquer à ces «fléaux pour Genève» avec la Black Belt Patrol (BBP), dont il est le fondateur. Une patrouille citoyenne qui sillonne les rues de la ville chaque fin de semaine pour «lutter contre les incivilités». Ce quadragénaire, père de sept enfants dont il porte les noms tatoués sur ses bras, est adepte des sports de combat: le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion