Musique

Mahler, un portrait moderne

L’Ensemble Contrechamps interprète «Le Chant de la terre» de ­Gustave Mahler, et «Funérailles» de Brian Ferneyhough, ce soir à l’Alhambra.
L’Ensemble Contrechamps. Ci-dessous: Brian Ferneyhough. DR
Musique

C’est à un beau massif que s’attaque l’Ensemble Contrechamps ce soir. Le Chant de la Terre de Gustav Mahler (1860-1911), pas moins. Une symphonie sur des poèmes de la Chine classique, chantés alternativement par un ténor et une alto, l’Allemand Stephan Rügamer et la Suissesse Yvonne Naef. Créé après la mort du compositeur, cet ouvrage de 1908 a vite trouvé son public, malgré l’omniprésence du thème de la mort et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion