Musique

Mykki Blanco, dur à queer

Black, punk, trans, l’artiste cultive les contrastes et affiche même sa séropositivité. Son rap anticonformiste lance vendredi le festival genevois Antigel.
Mykki Blanco JACK MANNIX
Musique

Il avait retourné Motel Campo lors d’une mémorable soirée Antigel en 2013, semant une pagaille de basses électro-hip-hop aux côtés de Kode9, Shabazz Palaces et Petite Noir. Entre-temps, l’aura sulfureuse de Mykki Blanco n’a fait que grandir. Atypique dans un univers – celui du rap – passablement corseté par son sexisme et son homophobie, le poète et rappeur américain de 29 ans, figure LGBT destroy, a provoqué la stupéfaction en révélant sur ­facebook

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion