Prison ferme pour des syndicalistes

La séquestration des patrons de Goodyear à Amiens a été jugée puis condamnée.
Affrontements entre les ouvriers de l'usine d'Amiens et la police devant le siège de Goodyear à Rueil Alternative libertaire
France

Le jugement a fait doublement sensation mardi en France. Il tranche avec ce qu’était, jusqu’à présent, l’essentiel de la jurisprudence relative aux suites judiciaires données à des conflits du travail. Et il survient alors qu’un autre dossier emblématique de ce type a, dernièrement, fait du bruit: celui des deux dirigeants d’Air France molestés jusqu’à en perdre leur chemise, en octobre dernier (dix-huit employés font l’objet de sanctions disciplinaires ou de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion