Genève

«De quelle marge disposons-nous pour pratiquer notre métier?»

Benito Perez, cible de la plainte pénale, et Christiane Pasteur, corédactrice en chef du Courrier, éclairent la position du journal sur la procédure engagée à son encontre par le patron d’AOG, Jean Claude Gandur.
Benito Perez et Christiane Pasteur. Jean-Patrick Di Silvestro
Plainte contre Le Courrier

Comment avez-vous réagi à la double plainte de Jean Claude Gandur? Benito Perez: Nous avons été surpris. A aucun moment, M. Gandur ou ses représentants n’ont tenté de prendre contact avec nous pour demander un droit de réponse ou des rectifications dans le journal. Soyons clairs: les plaignants sont dans leur droit en portant l’affaire devant la justice s’ils s’estiment lésés. Mais nous aurions préféré rester dans le domaine du débat

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion