Musique

Métamorphoses ­chambristes de l’alto

CLASSIQUE
Musique

Alors que le Romantisme s’approprie le considérable potentiel expressif de la clarinette et émancipe définitivement le violoncelle de sa fonction ­harmonique, en termes de répertoire de chambre, l’alto demeure le parent pauvre de la grande révolution émotionnelle du début du XIXe siècle. De fait, seul le tout jeune Félix Mendelssohn lui consacre d’office une sonate avec piano. Une lacune imméritée qu’Ettore Causa comble aujourd’hui en transcrivant pour cet instrument velouté et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion