Genève

Les cadres de l’Etat de Genève craignent un mouvement impopulaire

FONCTION PUBLIQUE • Les cadres de l’administration ont lâché les grévistes. Ils privilégient les négociations avec le Conseil d’Etat. 
Grève

Son soutien initial aux débrayages avait été une surprise. Mais jeudi dernier, l’Union des cadres de l’administration genevoise a décidé de ne pas s’associer au nouveau préavis de grève du 1er décembre prochain. Elle craint «un mouvement qui pourrait être mal perçu par la population» et souhaite négocier, avec le Conseil d’Etat, «un consensus acceptable pour tous les partenaires». Entretien avec son président, Jacques Folly. Pourquoi l’Union des cadres lâche-t-elle

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion