Scène

Questionner le genre

PETIT THEATRE • A Lausanne, «Je m’appelle Jack» dévoile une douloureuse vérité.
© Philippe Pache

A découvrir au Petit Théâtre de Lausanne, Je m’appelle Jack constitue le troisième volet d’un triptyque sur la différence initié en 2011 avec Le Voyage de Célestine et poursuivi en 2013 avec Tim & les Zinvisibles. Sandra Korol, auteure-interprète, propose ici une épineuse réflexion sur la question de la transidentité. Elie est une jeune fille vivant dans un monde à la rencontre entre réalisme et fantastique. Le moment de la

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion