Genève

«L’Etat menace les spécificités de la culture alternative»

VIE NOCTURNE • Pour Matthias Solenthaler, une application stricte de la loi sur le débit de boissons risque de prétériter d’autres acteurs que l’Usine.

Cogérant de l’espace d’art et de musique Motel Campo, Matthias Solenthaler espère que l’Etat a encore la volonté de trouver des marges d’interprétation dans la nouvelle loi sur la restauration, le débit de boissons, l’hébergement et le divertissement (LRDBHD) pour ne pas tuer dans l’œuf la scène alternative. Entretien. Le conflit entre les autorités et l’Usine s’envenime. Comment en sortir? Matthias Solenthaler: Si l’on veut appliquer un régime d’autorisations de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion