Musique

Grand bazar chez les Hellènes

OPÉRA • Une production très hétéroclite de «La Belle Hélène» d’Offenbach divise le public du Grand Théâtre de Genève, entre rire et consternation.
Au Grand Théâtre CAROLE PARODI

Dans quelle mesure peut-on – ou doit-on – transformer une partition, l’adapter à un autre temps et à un autre lieu que ceux pour lesquels elle a été conçue? Cette question se pose pour toute production d’opéra, mais elle est particulièrement sensible dans les genres légers, où le geste d’adaptation paraît plus légitime. La Belle Hélène proposée par Robert Sandoz au Grand Théâtre de Genève relance ce débat: est-il bienvenu de retoucher

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion