Égalité

«L’orientation sexuelle est une affaire politique»

ASILE • La Suisse ne reconnaît pas les persécutions basées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre comme motif d’asile. Quarante-deux pays le font aujourd’hui.

Il y a quelques semaines, la Fédération genevoise des associations LGBT présentait et discutait des résultats obtenus au questionnaire envoyé à l’ensemble des candidats genevois aux élections fédérales (notre édition du 7 octobre). La faîtière a notamment demandé aux candidats s’ils seraient prêts à reconnaître les persécutions basées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre comme un motif d’asile. Quatre-vingt-cinq pour cent des répondants étaient pour, mais ce chiffre doit

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion