Genève

L’Usine soluble dans ses buvettes?

L’Usine refuse de se soumettre aux exigences du Service du commerce. Elle met en avant son offre culturelle, ses buvettes étant «accessoires». La gauche cherche une sortie de crise.
Le 2 octobre AZZURRO MATTO

«L’Usine exige de bénéficier d’une ­autorisation unique pour ses activités. Et que cesse la prise en otage des dons de la Loterie Romande!» La rupture est consommée. L’Usine d’un côté, de l’autre le Département de la sécurité et de l’économie dirigé par Pierre Maudet, qui se rejettent mutuellement la responsabilité du non-respect de l’accord passé au mois d’avril. Il portait sur l’octroi par le Service du commerce (Scom) des autorisations

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion