Musique

Souvenirs de Nina Simone

CHARLES AZNAVOUR La «Grande prêtresse de la soul» est l’objet d’un culte aussi tardif qu’appuyé. Mais qui pour se souvenir de la pianiste avant la gloire? Le crooner français l’a croisée à ses débuts. Rencontre.

Kurt Weill, Jacques Brel, Camille Saint-Saëns, Exuma, Randy Newman ou Screamin’ Jay Hawkins. Le répertoire de Nina Simone est marqué par des choix de reprises qui, souvent, tranchent délibérément avec la source blues à laquelle s’abreuvaient les interprètes jazz du siècle passé. Hier gamine du sud des Etats-Unis échouant à devenir la ­première concertiste classique afro-américaine, Eunice Kathleen Waymon (son vrai nom) s’inventait finalement en artiste magnétique sur les scènes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion