Musique

La deuxième vie d’Alain Peters

Le label genevois Moi J’Connais édite en vinyle les chansons d’une icône de la musique réunionnaise, disparue il y a vingt ans.
La deuxième vie d’Alain Peters 1
Alain Peters et sa takamba
Musique

C’est l’histoire d’un coup de cœur, à l’image des précédentes sorties du label Moi J’Connais. Il y a quelques années, Cyril ­Yeterian et Robin Girod découvrent la musique d’Alain Peters, figure centrale du maloya, ce blues créole qui, avec le séga, constitue le socle de la musique traditionnelle réunionnaise. Les deux Genevois sont non seulement les pivots du groupe Mama Rosin, mais aussi des prescripteurs avisés de raretés blues, folk

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion