Égalité

Un féminisme à la tête des luttes civiles

TURQUIE • Militante et sociologue, Pinar Selek raconte comment le féminisme turc a instauré un nouveau mode de contestation basé sur le refus de la violence, déterminant dans l’histoire turque.

Elle est devenue sociologue parce qu’il faut «analyser les blessures de la société pour être capable de les guérir». Pinar Selek se consacre à cette tâche depuis près de vingt ans, ce qui lui vaut des pressions. Elle dénonce en effet la culture militariste de son pays, la Turquie, les rapports de domination qui s’y exercent et les exclusions qui en découlent, notamment celles des transexuels, cœur du premier livre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion