Actualité

Joseph Stiglitz: «Un défaut peut être bénéfique»

DETTES • Un défaut de paiement prétériterait-il le développement futur de la Grèce? Eric Toussaint et l’ancien économiste en chef de la Banque mondiale ne le pensent pas.

Depuis que l’Union européenne est frappée de plein fouet par une crise de la dette et que plusieurs pays sont étranglés par les créanciers, la perspective d’un défaut de paiement pointe à l’horizon. Une majorité d’économistes de droite et de gauche considère qu’il faut éviter un arrêt du remboursement de la dette. Les crédits octroyés en urgence par la troïka (UE, Banque centrale, FMI) à la Grèce (mai 2010), à

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion