Solidarité

De l’or, plutôt que de l’eau

PÉROU • Ollanta Humala avait remporté les élections en promettant de brider les puissantes sociétés minières. Le président vient pourtant de leur délivrer un nouveau sauf-conduit.

«De l’eau avant l’or», le slogan de campagne d’Ollanta Humala en 2011 était taillé sur mesure pour la région minière de Cajamarca, dans le nord du Pérou. Une fois au pouvoir, le fondateur du Parti nationaliste promettait de domestiquer le développement sauvage de l’industrie minière péruvienne et d’en redistribuer les fruits. Or, trois ans plus tard, l’adoption d’une très libérale loi de «relance économique» ne surprend même plus ses anciens

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion