Cinéma

Funeste chimie des corps

«LA CHAMBRE BLEUE» Pour sa cinquième réalisation, Mathieu Amalric met en scène l’infernal engrenage d’une passion charnelle. Entretien et critique d’une magistrale adaptation de Simenon.
Photo. Les amants clandestins Esther ­(Stéphanie Cléau) et Julien (Mathieu Amalric) dans leur Chambre bleue. Une liaison dangereuse. LOOK NOW !

De la passion charnelle à la case prison, il n’y a parfois qu’un pas. Un homme marié en fait la vertigineuse expérience dans La Chambre bleue. En adaptant ce roman de Georges Simenon, Mathieu Amalric excelle, tant dans la peau de l’amant ­dépassé qu’à la mise en scène. Rencontre à Cannes. Pensiez-vous à adapter ce roman depuis longtemps? Mathieu Amalric: Jamais! C’est un livre dérangeant, qui tape pile dans ce

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion