Genève

«Erwin Sperisen comprenait tout, savait tout» de l’assaut à Pavon

PROCÈS • La partie civile a détaillé le cœur des accusations contre l’ex-chef de la police du Guatemala, soulignant le rôle clé joué par l’accusé dans ce «crime contre l’humanité».

Après le réquisitoire déterminé du procureur Yves Bertossa, vendredi, c’est un duo d’avocats extrêmement complémentaire qui a repris l’offensive, hier, à Genève, pour convaincre les juges du Tribunal criminel de la culpabilité d’Erwin Sperisen. L’ex-directeur de la Police nationale (PNC) du Guatemala «comprenait tout, savait tout» de «ce massacre odieux» perpétré par ses agents et par lui-même dans le pénitencier de Pavon, ont plaidé tour à tour les avocats de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion