Genève

Quand la presse vole la vedette à Erwin Sperisen

ANALYSE • Un article de «L’Illustré» a eu davantage d’écho que les témoignages, lors de la première semaine du procès. L’affaire finira devant le Conseil suisse de la presse.  

Un témoin oculaire qui accable Erwin Sperisen, des exécutions extrajudiciaires difficiles à nier, mais un accusé qui minimise ses responsabilités à la tête des opérations. La première semaine du procès de l’ancien chef de la Police nationale du Guatemala a été riche d’enseignements. Pourtant, c’est un article de presse mettant en cause la partie civile, qui a tenu la vedette durant cette entame. Pas de quoi assurer la sérénité d’une

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion