Genève

«On jette le fric par la fenêtre avec Protectas!»

VOTE  • Pour la première fois, une société privée a collecté les urnes après votation. Avec des retards importants.

«C’est du grand n’importe quoi!» s’énerve Myriam Lonfat, vice-présidente du local de vote Saint-Gervais, ancienne députée au Grand Conseil et ancienne conseillère municipale en Ville de Genève. La raison de sa colère: pour la première fois, ce 18 mai, ce n’est pas la police cantonale mais Protectas, une entreprise privée, qui a collecté les urnes scellées dans les locaux de vote. Une nouveauté qui ne s’est pas faite sans couac:

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion