Genève

Nouvelles tensions lors du procès d’Erwin Sperisen

L’ambiance était toujours aussi tendue au quatrième jour du procès d’Erwin Sperisen, ancien chef de la police guatémaltèque accusé d’avoir commandité l’exécution de dix détenus des prisons Pavón et Infiernito en 2005. Il faut dire que la journée d’hier a démarré fort, avec l’annonce de nouvelles pressions portant sur l’entourage de l’unique plaignante du procès, la mère d’un des défunts, qui se trouve au Guatemala. Son avocate, Me Alexandra Lopez,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion