Suisse

Heidi appelée au secours de la patrie

MARCHÉ DU TRAVAIL • De nombreuses femmes travaillent à temps partiel. Il y a là un potentiel qui pourrait être mieux exploité afin de compenser le reflux attendu de main-d’œuvre étrangère.

La femme est l’avenir de l’homme, chantait Jean Ferrat. Pourrait-elle être aussi la solution pour compenser le ­reflux de main-d’œuvre étrangère attendu après l’acceptation de l’initiative «Contre l’immigration de masse»? «Le vote du 9 février va nous obliger à renforcer l’employabilité de la main-d’œuvre indigène», constate Christian Levrat. Le président du Parti socialiste songe en particulier à trois catégories de personnes qui ont un taux d’activité plus faible que la moyenne,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion