Scène

L’art de la fausse note à l’Alchimic

THEÂTRE • En tournée romande, «Colorature», pièce sur l’improbable succès de la soprano Foster Jenkins dans le Broadway des années trente, débarque à Genève. Brillant.
MICHAEL CROTTO

Qu’est-ce qui fixe les paramètres du beau? Est-ce le bon goût? Le désir de se produire d’un artiste? C’est en tout cas sur cette ­dernière thèse que s’appuierait tout l’art de Florence Foster Jenkins: soprano (très) ­autodidacte et riche héritière, devenue un véritable personnage de variété new- yorkais des années trente. Variété, car Miss Jenkins ne savait pas chanter. Ou mieux: elle avait un talent, divin ou pathologique, selon, pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion