Scène

Un «Hamlet» libre et rêveur

THEATRE • A l’Arsenic de Lausanne, servie par une troupe d’ados, la nouvelle pièce d’Alexandre Doublet interroge l’âge ingrat par le biais de références multiples.
All Apologies/Hamlet est joué par une troupe de trois comédiens pros et douze ados de Sierre et environs. FLORENCE PROTON

Un «Hamlet de moins», ironisait Carmelo Bene dans le titre de sa version cinéma de l’ultra-classique shakespearien. Un «autre Hamlet» pourrait alors être la devise tout aussi iconoclaste du metteur en scène Alexandre Doublet qui, pour son All Apologies / Hamlet, à l’affiche de l’Arsenic jusqu’au 2 novembre, n’hésite pas à briser les conventions et à croiser les savoirs – de Nirvana à Pippo Delbono, de Andy Warhol aux séries

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion