Cinéma

Rachel Noël, destins de femmes

CINÉMA La Lausannoise vient de réaliser un très beau premier film autobiographique, «Ma Mère s’appelle forêt», créé à partir de bandes Super 8 de ses parents.
Rachel Noël JEAN-PATRICK DI SILVESTRO

«Pourquoi ai-je eu si peur de devenir comme elle?» En une phrase, Rachel Noël donne le ton. Son film, intitulé Ma Mère s’appelle forêt, est une première réalisation. Découvert en avril dernier à Visions du Réel, il vient d’être présenté au Festival de Saint-Pétersbourg avant de partir à Buenos Aires. A l’affiche au Zinéma à Lausanne depuis mercredi, ce documentaire autobiographique montre une jeune femme s’interrogeant sur le destin de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion