Genève

En 1782, les insurgés séquestrent des magistrats genevois à la place Bel-Air

HISTOIRE • Préambule de la fin de l’ancien régime, la «révolution avortée» est marquée par la prise en otage des principaux leaders conservateurs à l’Hôtel des Balances. Une intervention étrangère y mettra fin.
Photo datée de 1898. Plus d’un siècle après les événements de 1782 Centre d’iconographie genevoise

La scène se déroule le 8 avril 1782. Genève est en proie à l’émeute, à l’aube d’une prise d’armes bientôt perçue comme une répétition générale de la Révolution française. Dès le matin, des attroupements de Natifs – des habitants sans droit de cité – sont signalés dans le faubourg Saint-Gervais et à la place Bel-Air. La colère gronde contre le pouvoir qui vient de refuser l’application d’un édit  (loi) élargissant les droits

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion