Cinéma

Après mai, fais ce qu’il te plaît!

OLIVIER ASSAYAS Dans «Après mai», le cinéaste français revient sur sa jeunesse et les interrogations de la génération post-68. Son film restitue à merveille l’esprit d’une époque finalement très méconnue.
Après mai, fais ce qu’il te plaît!
Photo. Prix du scénario à la Mostra de Venise AGORA FILM
Olivier Assayas

Après avoir tourné pour la télévision Carlos, où il décrivait l’itinéraire ambigu du terroriste vénézuélien, Olivier Assayas remonte encore de quelques années dans le temps pour livrer un film beaucoup plus chaleureux et lumineux, autour d’une poignée de lycéens français qui essaient de se faire une place dans le chaos du début des années 1970. Après mai s’ouvre sur une manifestation parisienne restée tristement célèbre: le 9 février 1971, dans

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion